La Mort de Néron

Félicien Marceau

« J’ai pour moi la justice, et je perds mon procès ! »

Abandonné de tous, Néron s’est enfui de Rome. Encerclé par les légionnaires à sa poursuite, réfugié dans une cave, la fin est proche et il le sait. Dans une ultime représentation, cruelle et effrayante, le plus insolent des mortels livre ses états d’ âme et les démons qui le dévorent.

En nous livrant ses secrets et ses états d’âme, le plus insolent des mortels espère exorciser ses peurs. « Quand on a la chance d’avoir pour oncle Caligula, on n’a aucun mérite d’être parvenu à devenir un monstre. »

Un monologue dans les tréfonds de l’âme du plus célèbre des empereurs romains, doublé d’une véritable réflexion sur l’art et le théâtre.