Louise Ackermaaffiche-Galets2.jpgnn (1813-1890) écrivit quelques-uns des plus beaux vers du 19ème siècle, attirant l’attention de Victor Hugo, l’admiration de Tolstoï. Mais une femme, poète, éprise de liberté, critiquant la religion, ne pouvait que s’attirer les foudres des moralistes. Un « monstre » dira d’elle Barbey d’Aurevilly qui, cependant admiratif, lui offrira ses Diaboliques avec pour dédicace « à la grande diabolique, les petites ». Pourtant, peu à peu, injustement, elle tomba dans l’oubli.


La puissance des écrits de Louise Ackermann, scrutant la réalité intérieure de l’homme, son rapport au monde, à la mort, à la nature, et résonnant aujourd’hui avec une modernité toute singulière, m’a profondément bouleversé, suscitant chez moi l’envie de me confronter à ses textes, dont la structure dialectique toute théâtrale se prêtait admirablement à une adaptation scénique.


Pièce poétique et dense, Les Galets de la mer amène indubitablement à une intervention musicale puissante pour parfaire l’univers poétique et sensoriel du spectacle. Le choix du piano s’est imposé naturellement : instrument permettant toutes les nuances de jeu, toutes les atmosphères, et habillant la scène avec grâce et élégance. Par ailleurs, l’un des axes de travail de la Compagnie Étincelle étant de mettre en lumière de grandes figures féminines, nous avons souhaité poursuivre cette même démarche dans la sélection des œuvres qui incarnent la musique de la pièce, et par conséquent faire redécouvrir non seulement une des plus grandes poétesses françaises, mais également des compositrices du 19ème : résonance entre texte et musiques.


Les Galets de la mer mêle en douceur poésie et prose, un véritable parcours à travers la vie et l’œuvre de Louise Ackermann. Entre doutes et contradictions, joies et peines, Louise y dévoile une personnalité touchante. Sa pensée, sa vision du monde, ses doutes et ses espoirs restent intemporels et parlent à tous. Un hommage à une femme moderne, libre, qui choisit sa vie, accepta et revendiqua sa condition d’artiste.



Caroline Rainette